corantin8
 

Interview Thibault - Recyclerie sportive de Mérignac



À la Recyclerie Sportive, on ne parle pas de client mais d'adhérents. En effet, on adhère à un mode de pensée plus raisonné sur sa consommation, notamment d’équipements sportifs, et c’est ce qui nous a donné envie de venir à leur rencontre.

J'ai alors eu la chance de pouvoir échanger avec Thibault, fondateur en 2020 de la Recyclerie Sportive de Mérignac, qui a pris le temps de me recevoir pour répondre à nos questions.



Tout d’abord, peux-tu nous dire comment est née la Recyclerie Sportive ?


La recyclerie sportive est née en Île-de-France il y a 6 ans, d'une rencontre entre Marc et Bérénice ses fondateurs. Marc avait une première association qui collectait du matériel de sport, puis qui l’envoyait à l’étranger dans les pays pauvres. Bérénice, elle, travaillait dans un syndicat de déchets. Ensemble, ils ont constaté que le matériel de sport qui partait à l’étranger n'était pas forcément bien utilisé. Ils ont finalement pris conscience qu'il y avait déjà des besoins ici, avec beaucoup à faire. Ils ont alors eu l’idée de créer un sport circulaire, à l’image d’une économie circulaire, en collectant localement et en utilisant localement ce matériel. Donc c’est comme ça qu’est née la Recyclerie Sportive il y a déjà 6 ans.


Suite à la découverte de l’association, on a monté une antenne à Bordeaux en février 2020.





Qui sont les acteurs de la Recyclerie Sportive de Mérignac, et toi quel rôle tu joues ?


Crédit photo - Olivier Delhoumeau

Pour ce qui est des acteurs salariés, nous sommes 3 aujourd’hui.

  • Jalal, qui nous a rejoints début décembre pour s’occuper de toute la partie logistique, mais également la partie valorisation puisque les collectes ont explosé et les besoins en réparation ont pris aussi depuis la fin du printemps.

  • Mathieu, qui est lui, est arrivé début 2021. Il prend en charge toute la partie sensibilisation, pour développer les animations et s’implanter dans les quartiers. Il a à la fois la double casquette en répondant aux appels à projets et en même temps en les réalisant sur le terrain.

  • J’ai fondé la recyclerie depuis le mois de février 2020 et j’en suis le troisième salarié. Je suis chargé de la coordination du site et du développement à l’échelle de la métropole, et progressivement un peu plus large.

Nous sommes épaulés au quotidien par des services civiques. Nous pouvons aussi nous appuyer sur des acteurs bénévoles qui nous suivent depuis la rentrée. Ensemble, ils sont très importants pour l'association en nous rendant bien service !


Si tu devais décrire les missions et engagements de votre association, quels seraient-ils ?



L’association tourne autour de 4 métiers comme toutes les ressourceries généralistes :

  1. La collecte de matériel que nous faisons auprès des professionnels (magasins de sport, les centres sportifs, etc.) mais aussi l’apport de particuliers qui viennent nous emmener leur vieux matériel désuet ou parfois juste trop petit.

  2. La valorisation : à cette étape, nous nous posons la question de que peut devenir ce matériel ? La valorisation, c’est réparer, transformer, remettre en état. Pour une partie de nos collectes, il y a juste besoin d’un dépoussiérage ou d’une petite réparation puis elle partira en redistribution. Nous avons aussi un volet pièces détachées pour nous aider à réparer le matériel. Enfin une partie transformation, quand le matériel est vraiment cassé on va essayer de lui donner une troisième vie (création du mobilier, maroquinerie, bijouterie…).

  3. La redistribution (pour environ 45% des déchets) : il y a une adhésion de 5€ à notre boutique solidaire qui est valable à l’année et qui permet de venir s’équiper en seconde main ! Des fois même, les articles sont neufs. C’était du défectueux qu’on a réussi à réparer, de la fin de série, où même des retours clients.

  4. Le dernier volet, qui nous est cher forcément, c’est la sensibilisation. On a attrait à recevoir du public ou aller en extérieur pour porter notre message de sport zéro déchet accessible à tous. Avec la mise en place d’ateliers de transformation, on veut aussi permettre aux gens de découvrir une passion comme par exemple pour la couture ou pour la maroquinerie, en fabriquant des sacs à main avec des matelas gonflables ou des bracelets avec des pneus de vélos. Enfin, nous animons également des ateliers de co-réparation, directement dans des quartiers, pour transmettre aux jeunes comment réparer des vélos. L’idée de la réparation c’est vraiment le prolongement de la durée de vie des produits par la transmission.



Aujourd’hui, comment la Recyclerie Sportive de Mérignac se finance-t-elle ?


Elle se finance à la fois par la vente d’articles via notre boutique, mais aussi par toutes les prestations d’animation directement dans des entreprises ou financées par des organismes d’appels à projets. Et enfin, il y a d’autres financements et appels d’offres auxquels on peut répondre.



D’un point de vue de la récupération des déchets sportifs, combien existent-ils de points de collecte actuellement autour de votre association, et pour quelle quantité collectée ?


Il existe 1 seul point de collecte. Pour l’instant, on n’en a pas mis en extérieur de la Recyclerie parce qu’on a débuté sur les années Covid-19, durant lesquelles les lieux sportifs étaient fermés. Actuellement, les gens nous emmènent donc directement leur vieux matériel du mercredi au samedi, pour entre 20% et 25% des 15 tonnes collectées jusqu’à présent sur l’année 2021.

En 2022 on veut se développer justement dans ces lieux sportifs en mettant en place une dizaine d’éco-box de collecte sur la métropole, pour permettre aux gens de déposer hors de notre boutique qui n’est pas ouverte 24h/24h. Aujourd’hui, nous avons eu la chance de mettre en place temporairement des éco-box dans des ligues (ligue de basket), écoles, mais aussi dans des clubs (c’est le cas du Bergerac Périgord Football Club), ce qui nous permet de gagner en visibilité tout en sensibilisant.




Avant de terminer par une question plus transversale à nos activités, pourrais-tu nous dévoiler quels sont vos ambitions et projets pour les années à venir ?


Notre ambition c’est de continuer à faire prendre conscience aux gens de ce qu’on consomme, c’est le cœur du projet !

Se développer, c’est bien. Collecter de plus en plus, c’est bien… Mais quelque part si on collecte de plus en plus, c’est qu'il y a un besoin, et que ce besoin est néfaste. Donc dans un monde idéal on aimerait ne pas exister.


Malgré tout pour notre développement on veut toujours arriver à recruter de nouvelles personnes, en pouvant se dire que l’association marche et continue de se déployer.

On souhaite aussi trouver des locaux pérennes pour pouvoir nous implanter durablement en louant sur du long terme et pourquoi pas en achetant. Pour cela, il faudrait qu’on puisse faciliter l’installation de structures de l’économie sociale et solidaire comme la nôtre, en leur permettant d’accéder plus facilement au marché de l'immobilier.


Enfin, nous avons l’ambition de maintenir un taux de valorisation de notre matériel assez proche de celui qu’on a aujourd'hui, sans descendre en dessous des 50%.



Chez developpermonclub.fr, les associations sportives sont nos principales interlocutrices. Quelle serait la première étape pour ces structures pour amorcer une démarche sport zéro déchets ?


Il existe plein de moyens pour les clubs sportifs de développer cette démarche, parce qu’il y a aussi plein de choses à faire. Une association sportive c'est aussi un lieu de vie, c’est une mini-société, où il se passe plein de choses, alors le tri aujourd'hui reste plus que la base.


Ensuite pourquoi ne pas venir nous rencontrer à la recyclerie, pour voir si nous ne pouvons pas mettre en place des éco-box de collecte ? À terme, que nous puissions devenir une plateforme entre différents clubs, différentes disciplines, catégories, niveaux, etc., et qu’on soit en capacité de collecter un peu partout, de remettre en état et de proposer un magasin ouvert uniquement aux clubs.


Ne pas hésiter même dans leur pratique d’intégrer toujours une notion d’écologie, notamment chez les jeunes, parce qu'on sait que c’est eux qui vont faire demain.

Faire des opérations de ramassage de déchets, des choses comme ça, ça peut créer de la cohésion dans le groupe.


Il y a mille choses à faire à mon avis !



Merci infiniment Thibault pour cet échange. Un nom de toute l’équipe developpermonclub.fr je vous souhaites à toi ainsi qu’à tous les acteurs de la Recyclerie Sportive le meilleur dans vos projets !


Propos recueillis par V.D. dans le cadre d'une interview à la Recyclerie Sportive de Mérignac.


V.D.

50 vues2 commentaires
logo-facebook.jpg

Notre vocation est d'assister, accompagner, et développer les associations sportives dans la gestion quotidienne de leurs projets.

À propos

10B rue Hector Saubesty
33510, Andernos les Bains